Conférence internationale sur l’érosion côtière en Afrique

Aujourd’hui le phénomène menace sérieusement plusieurs villes côtières du continent. Déjà en 1998, le Processus africain, un projet conçu lors de la Conférence panafricaine pour l'aménagement intégré des zones côtières (PACSICOM) et soutenu par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) avait tiré la sonnette d’alarme.

À l'initiative de onze pays sub-sahariens, le Processus africain a analysé la situation des côtes dans cette région car en Afrique, l'océan Atlantique engloutit en moyenne un à deux mètres de plage par an. Le Sénégal, avec ses 700 kilomètres de littoral, est particulièrement concerné : plus de la moitié de sa population vit sur les côtes, où sont installés 85 % des industries et services, notamment les deux premières ressources du pays, la pêche et le tourisme. La menace est bien réelle.

La conférence de la capitale sénégalaise réunira les chefs d’état et de gouvernement, les responsables des ONG de la société civile afin de préconiser et adopter un plan d’action régional de lutte contre l’érosion du littoral.

Dakar, Sénégal