iguendja

Iguendja sous le poids de l’érosion

Ce petit village situé au nord-est du département de Bendjè près de la réserve de Wonga-Wongué, dans l’Ogooué Maritime subit de plein pied les conséquences liées au réchauffement climatique mondial qui se traduisent entre autres par l’élévation rapide du niveau de la mer, la destruction des habitats et l’érosion côtière.

InguezaLes habitants du village Iguendja dans le canton Océan au département de Bendjè dont Port-Gentil est la principale ville font face à ce phénomène plus ou moins naturel. Devant ces externalités perceptibles, le littoral gabonais devrait bénéficier d’une meilleure protection. « Les spécialistes de ces questions sont interpellés par le trait que présente le littoral », relève, Jean Jacques Ngaka, enseignant de sciences et vie de la terre. Les populations ont été obligées de déserter le débarcadère du village Iguendja où elles étaient concentrées, il y a encore deux ans en arrière.

Ingueza« Nous sommes maintenant vers le dispensaire parce que chaque jour l’eau creuse le sable », raconte, Julien Indjelé, un habitant du village. En effet, à l’instar d’autres localités du pays situés sur la façade maritime, ce village est menacé d’immersion. « C’est le moment de trouver des solutions pouvant atténuer les impacts provoqués par les changements climatiques », préconise, Henri Michel Auguste de l’ONG H20 Gabon. Comme la plupart des pays côtiers du continent, le Gabon dispose de peu de moyens et de capacités pour établir un cadre de développement durable de son littoral.

Toutefois, le programme intitulé « Renforcement des capacités institutionnelles pour une meilleure adaptation aux effets des changements climatiques en zone côtière », validé en 2013 par le Gabon devrait multiplier les opérations de surveillance du littoral national. Initié sur le continent, par le PNUD en partenariat avec l’ONUDI, l’UNCEF et le PAM grâce à l’appui financier du Japon, ce programme d’une valeur de 92 millions de dollars américain (environ 46 milliards de F CFA) a été effectivement mis en œuvre au lendemain de la 4ème conférence internationale de Tokyo pour le Développement de l’Afrique, tenue au Japon en mai 2008. A ce titre, le Gabon a bénéficié de 2.465.000 de dollars américains pour la mise en œuvre de son programme.

Port-Gentil. Danny KOUELE TOLE, Gabon. A1/12.02.14

A lire aussi sur le même sujet : La vulnérabilité des villes côtières des pays du Golfe de Guinée

×