GABON /TRANSPORT FLUVIAUX ET LAGUNAIRES

Avec 800 Km de façade maritime, le Gabon compte près de 1 600 Km de voies navigables sur une totalité de 3 300 Km. Ce réseau de fleuves et de rivières permettait jusqu’à une période récente l’acheminement par radeaux flottants d’une grande partie de la production de grumes, des zones d’abattage jusqu’aux ports d’Owendo et de Port-Gentil. S’il existe quelques transporteurs fluviaux locaux, la flotte est essentiellement composée de pirogues de pêche parfois utilisées pour le transport de voyageurs sur de courtes distances.

Créer pour désenclaver les zones lagunaires et fluviales, la Compagnie de Navigation Intérieure (CNI), est malheureusement absente sur tous les cours d’eau du pays pendant plusieurs années notamment sur les lignes de l’Ogooué et la région des Lacs. La structure ayant connu des fortunes diverses et les changements observés dans ce secteur d’activité, les pouvoirs publics ont pris la décision de la privatiser.

À la tête de cette entreprise publique qui a un rôle social très important, François OYABI a été chargé de mettre en œuvre un plan de réhabilitation et de relance. Ce plan prévoyait entre autres l’évolution juridique, la relance du service public dans les régions enclavées riveraines de l’Ogooué et du Fernan Vaz, la consolidation du cabotage international, le renforcement des capacités en ressources humaines et l’acquisition des moyens d’appui logistique à l’activité de la CNI. Sur le plan juridique, la CNI s’est déjà dotée de nouveaux statuts adoptés à l’issue du Conseil d’Administration convoqué en session extraordinaire en 2005. Sur le plan logistique, la Compagnie qui compte renforcer sa flotte va recevoir d’ici la fin de l’année 6 nouvelles unités.

En outre, la Direction Générale de la CNI assure que, la totalité des objectifs inscrits dans le cadre de la relance vont être réalisé. Par ailleurs, les responsables de la CNI s’emploient à rechercher des financements en vue d’acquérir une unité navale qui renforcerait l’offre de transport de la compagnie sur le marché du cabotage en pleine croissance réputée à forte valeur ajoutée.

Commentaires (1)

Akery
  • 1. Akery | Lun 02 Juin 2008

J'espère que cette fois-ci, la CNI ne va pas nous faire embarquer dans les vieux bateaux qui ne dure que le temps de leur mise à quai, à l'exemple du navire "Ogooué"...

Ajouter un commentaire

×