Immigration clandestine

Les forces de l’ordre et de sécurité viennent de mettre la main au large des côtes gabonaises sur un bateau de marchandise battant pavillon ghanéen transportant en dehors de sa cargaison plus de 288 passagers clandestins pour la plupart originaire de l’Afrique de l’Ouest dont 120 femmes, 155 hommes et 5 mineurs, soit 135 Béninois, 78 Togolais, 22 Maliens, 21 Burkinabè, 7 Sénégalais, 6 Nigérians, 5 Ghanéen, 3 Guinéens et 3 Nigériens.

Sur l'ensembles des 288 passagers à bord, seules 24 personnes sont en situation régulière au Gabon. Pour les autres, ils seront enregistrés dans le ficction générale de la documentation et de l'immigration (DGDI) avant leur rapatriement par la Marine nationale.

Cette action a été menée conjointement par les éléments de l’unité spéciale et ceux de la brigade nautique de la gendarmerie nationale. Sur les contrôles effectués auprès du Commandement de bord du bateau, il ressort des irrégularités techniques graves : ne remplissant pas toutes les conditions sur le plan de la navigation et de la sécurité maritime ce bateau est entrée de manière illégale au Gabon.

Malgré la crise économique actuelle, le Gabon attire depuis de nombreuses années, des milliers de clandestins. Aujourd'hui, ces derniers continuent d'entrer sur le territoire gabonais sans qu'ils puissent présenter un seul document justifiant leur présence au Gabon.

En 2007, par exemple, les autorités avaient rapatrié près de 200 individus de toutes nationalités, opéré suite à l'arraisonnement du navire le « Mahotes » battant pavillon gabonais et l'autre de 274 clandestins mis à la disposition de la DGDI par les services de la gendarmerie nationale et de la garde républicaine.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×