Le port en eau profonde de Mayumba

Plan du port en eau profonde de Mayumba Bien avant la célébration du cinquantenaire du Gabon, le Président Ali Bongo Ondimba, a été l’hôte des populations de Mayumba, localité située au sud-ouest du pays dans la Nyanga. La côte maritime de cette province qui s'étend sur plus de 300 Km est bondée de pétrole et autres richesses non encore exploités.

Le séjour à Mayumba du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a été l’occasion de procéder au lancement d’importants travaux dans le département de la Basse Banio, notamment le bitumage du tronçon Mayumba-Tchibanga, la réhabilitation de l’aéroport de cette ville et surtout la construction du port en eau profonde, ainsi que la construction d’un camp militaire de la Marine nationale.

Selon plusieurs ressortissants de cette localité, la construction d’un pont sur la lagune Banio, est le souhait historique le plus ardent toujours attendu dans la contrée.

Le développement du port de Mayumba avait été évoqué pour la première fois en 1958. Il a fait l'objet, d’une étude préliminaire de faisabilité en 1976 et la première pierre de ce projet fut posée la même année par feu le président Omar Bongo Ondimba. En 1984, cette étude préliminaire a été mise à jour en 1984 par BCEOM, une société française d’ingénierie. Plus récemment, en juin 2003, la société belge Lambda Plan SA (une société consultante) avait effectué une pré étude de faisabilité qui a été financée par la Banque africaine de développement puis une autre – finale – a été financée en 2008 par la Banque islamique de Développement.

Présentation du projet

Ce port, qui serait construit dans le sud-ouest du Gabon, d’une importance capitale, servirait principalement à accroître la valeur de la région grâce à la commercialisation et à l’exportation de ses ressources naturelles (le fer, le bois, le pétrole, le talc, l’or, les produits agricoles et de la pêche). Il devrait également permettre d’améliorer l’accessibilité à la province de Nyanga et créer un environnement commercial favorisant le développement de la pêche industrielle, de l'industrie agricole, de zones marines de plaisance, et des services.

Le projet du port, qui serait financé par un partenariat public-privé volonté de l'Etat gabonais, comprendrait trois composantes, à savoir : le port et les services associés; une autoroute reliant la province de la Nyanga à la mer ; et un pont sur la lagune Banio menant au port.

Bien que le gouvernement ait indiqué sa préférence pour financer uniquement les routes d’accès et laisser le financement et la construction du port aux soins du secteur privé, le Consultant avait proposé que le secteur public se charge de la plupart des infrastructures, notamment la construction d’une route de 109 kilomètres - aujourd'hui réduite à 100 km (voir le nouveau tracé)-, d’un pont de 300 mètres – qui tiendra compte de la circulation des bateaux de plaisance dans la lagune dont les bateaux mouches- et des infrastructures portuaires de base, tandis que le secteur privé pourrait contribuer au port en construisant des entrepôts et en installant les équipements portuaires nécessaires.

Les estimations du coût total du projet s’échelonnent entre 147 millions et 250 millions d’euros (l’équivalent de plus de 163 milliards de F CFA). Cette fourchette importante reflète les deux possibilités construction du port - en deux phases, et en termes de largeur de la route et du pont : 2 ou 4 voies.

Description ...

Le port en eau profonde de Mayumba, serait constitué dans un premier temps de 3 quais (avec la possibilité d’en construire jusqu’à 5), dotés d’une capacité de 832 000 tonnes par an sur une période de 20 ans et offrant une capacité de réserve additionnelle de 1.200 000 tonnes par an. A titre indicatif, un niveau d’activité de 200. 000 tonnes par an au minimum est requis pour justifier la construction d’un quai. Le port de Mayumba présenterait les caractéristiques suivantes :

  • Zone de stockage du bois sur le site de Matouti (environ 30 hectares). 
  • Construction d’un site en béton (entreposage temporaire) 
  • Longueur : 100 mètres ; largeur : 30 mètres
  • Construction d’un quai de chargement pour les marchandises générales
  • Longueur : 450 mètres ; largeur : 45 mètres
  • Construction d’un quai pour les vedettes, les chalands, les bateaux de pêche
  • Longueur : 200 mètres ; largeur : 25 mètres
  • Construction d’un petit quai pour les remorqueurs, les navires de plaisance les pêcheurs, etc.
  • Longueur : 100 mètres ; largeur : 20 mètres

Le port de base serait initialement construit selon l’illustration ci-dessus et pourrait être agrandi pour inclure un ou plusieurs quais supplémentaires.

L’illustration ci-dessous représente la taille maximale que le port pourrait atteindre, s’il devenait un centre régional au terme d’une période de 20 ans.

Structure minimal

Le port en eau profonde serait situé dans la lagune. Pour accéder au port, il serait nécessaire de construire un pont d’accès de 300 mètres qui enjamberait la lagune, ainsi qu’une route de 100 km - au lieu de 109- qui faciliterait l’accès au port. Le pont et la route menant au port comprendraient 2 ou 4 voies.

Impacts environnementaux et sociaux

Le Consultant avait réalisé une étude d’impact environnementale qui a mis en lumière un certain nombre de points, notamment le besoin de protéger la riche biodiversité de Mayumba et des zones environnantes.

Lors du Sommet de Yaoundé sur les forêts (1999) qui s’est tenu sous l’égide conjointe du Président du Cameroun et du Fonds mondial pour la nature, le Gabon avait déclaré parc national protégé une portion de la bande côtière de Mayumba.

Cette zone, qui commence aux frontières nationales avec le Congo, s’étend sur 50 km le long de la côte et couvre une largeur de 16 km (15 km en mer et 1 km sur terre). Le Parc national est situé à 25 km au sud de l’emplacement prévu pour le Port de Mayumba.

Le Parc a pour objectif principal de protéger la faune sauvage marine, notamment les tortues de mer et les baleines. Mayumba abrite de nombreuses espèces de poissons et un riche environnement biologique, ce qui exige des études plus approfondies sur les effets environnementaux du port avant le lancement du projet. L’impact social sur la population locale est limité. L’étude a estimé que près de 30 familles devront être relogées, ce qui représente un coût humain et financier minime.

Justification économique et Promotion des exportations

Le gouvernement du Gabon a pour ambition de contribuer à la croissance économique de la région méridionale du pays - très négligée quelques années dès l’accession du Gabon à « l’indépendance »- et, à cet égard, a entrepris d’étudier la viabilité de la construction d’un port en eau profonde dans la ville de Mayumba.

La Nyanga contient une quantité importante de bois, ainsi que d’autres ressources minières, telles que le marbre, le fer, les minerais et d’autres ressources qui, bien que non exploitées, recèlent un potentiel important.

A l’heure actuelle, l’infrastructure destinée aux activités commerciales (exportations) de la ville de Mayumba est très rudimentaire. Les incidences économiques du futur port en eau profonde de Mayumba sont estimées à plus de 5000 milliards de Francs CFA de produits intérieur brut avec une création d’emplois estimée entre 50.000 et 100.000.

Le principal objectif du port sera de faciliter l’exportation des ressources (notamment le fer, le marbre le bois, le pétrole, le talc, l’or, les produits agricoles et de la pêche) de la province de Nyanga et des régions avoisinantes.

SourceLaurent Laporte. "Nouvelle-afrique.com" 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×